cette promesse qu’il lui avait faite lui appartenait … c’était à elle seule … elle devait lui être gravée sur la peau … ces notes de musique, elle les avait imaginées virevolter pour elle … elle entendait de loin cette mélodie lui parvenir comme une offrande à son cœur … elle se voulait sa muse, il a préféré une ombre à qui tout fut offert dans un fracas assourdissant … pour elle la musique s’est tue … les notes ont rejoint cette autre … les prémisses furent trahies et la promesse usurpée … il lui a menti  …

piano

femme 9elle retourna à son refuge … là où elle pouvait laisser libre cours  à ses errances, ses blessures et ses pensées  douloureuses … ce lieu qui l’apaisait et dans lequel ses mots silencieux résonnaient librement … protégée de ses larmes qui sillonnaient son visage de ces mille chemins qu’elle avait pris pour l’aimer …

ombrefrémissante,  son parfum imprégnant toujours sa peau, et ce vertige qui l’empoigne violemment … elle n’a jamais su résister … vibrante, son empreinte légère perdure au delà du temps qui s’écoule lentement … ses plus intimes pensées dans ce piège savoureux se feront délectation … tout en elle est invitation suave … provocante insolence de tous ces sens qui la mènent  peu à peu à défaillir … trahison subtile dans laquelle se fond un désir ardent … à la dérobée seul son regard vous trompe …